Extrait de Le Guide des caresses

De BiblioCuriosa.

Extrait de / Excerpt from : Le Guide des caresses.


Fougueusement, l’homme se jeta sur elle et l’écrasa sous son corps frémissant. Durant de longues minutes, un silence précurseur plana sur ce couple lié. Broyée, brisée sous l’étreinte, la femme disait tout son plaisir, en des plaintes enfantines. Sa chair délicate, meurtrie par l’amant, subissait avec soumission la brutalité du mâle. Sous sa poitrine, Jacques sentait les seins durcis, qui pointaient malgré l’écrasement de la chair. Le ventre de Léa, soudé à celui de l’amant, frémissait sous lui de toute sa tiédeur pâmée. Ses cuisses se soulevèrent, pour se refermer comme un étau sur celles de son partenaire. Et sa bouche avide chercha la bouche de l’homme, que sa langue pénétra hardiment, humide du plaisir proche...

Les bras de Lernier encerclaient étroitement la taille de l’amoureuse. Et déjà les petites mains féminines parcouraient voluptueusement son dos, en des attouchements subtils et légers qui le faisaient frissonner...

Interrompant son baiser, il regarda de tout près les yeux de la jeune femme, qui semblaient agrandis par l’amour. Ces magnifiques yeux verts brillaient dans l’ombre, parfois fixes comme un poignard, parfois tournoyants de bonheur, et traversés de lueurs troubles.

— Mon chéri... murmura Léa... tu sais que je vais t’aimer ? L’amour est tout au bord de moi-même, et je sens qu’il ne dépend que de toi de le faire éclore...

Jacques tressaillit. Il comprenait que l’instant était critique. De sa science amoureuse, de l’accord parfait de ces deux corps nus pouvait jaillir la plus belle aventure de sa vie.

— Chérie, moi je t’aime déjà, fit-il dans un souffle. Ta franchise est pour moi le plus beau des témoignages. Et je saurai ne pas te décevoir. Je vais te prendre, je vais me rendre maître de ton corps magnifique... et la volupté que tu exhaleras dans ma bouche sera le plus doux des aveux...

Ces paroles firent à Léa l’effet d’une caresse. Elle frissonna, et sa tête brune se renversa sur l’oreiller. Sur la gorge offerte, le jeune homme déposa un essaim de baisers, qui parcoururent la peau fraîche d’un collier brûlant, depuis la naissance des seins jusqu’aux oreilles minuscules, cachées sous les boucles soyeuses.

— Embrasse-moi dans l’oreille... murmura encore Léa.

Jacques ne se le fit pas dire deux fois. Sa langue experte viola l’entrée du coquillage rose, en suivit tous les méandres, s’enfonça jusqu’en son secret. Cette petite oreille chaude et parfumée lui sembla divine. Il s’en dégageait une tiédeur sucrée, qui mit sur la langue de l’amant des effluves d’amour. Léa gémissait, cambrée, et ses jambes se resserrèrent davantage sur les jambes prisonnières.

Hardiment, la main de la jeune femme glissa entre les deux corps joints, et se crispa sur la colonne de chair brûlante promise à son plaisir. Elle semblait s’accrocher volontairement à cette virilité menaçante, pour en mesurer toute la force et la volupté.

Puis, brusquement, elle la guida à travers ses chairs secrètes. La mousse soyeuse du sexe accueillit le perfide serpent d’amour, le caressa de mille chatouillements précis, l’amena, par de savants soubresauts, jusqu’à l’orifice velouté du plaisir.

Longuement, comme pour savourer d’avance la joie imminente, Léa promena la chair virile aux abords de sa féminité. Et, tout à coup, avec un cri sauvage, elle l’enfonça en elle, brutalement.

Dans l’écrin charnel, l’instrument vainqueur prit son plein épanouissement, se tendit davantage encore... L’homme se redressa à demi sur les genoux, et se laissa retomber brusquement sur sa proie. Léa, déchirée au plus profond d’elle-même, poussa un cri rauque d’extase. Son ventre se mit à tressaillir follement, pour faciliter la bienheureuse incursion. Et, lentement, avec une science raffinée, Jacques commença la danse du plaisir...

Serrant entre ses genoux crispés le corps merveilleux de son amie, il s’appliquait à se hausser avec douceur, pour retomber chaque fois avec un peu plus de force ; et ces victoires répétées arrachaient à la femme clouée des cris inhumains et des soupirs de bonheur...


Texte intégral avec des photographies d'époque en formats PDF et ePub en vente aux Éditions Biblio Curiosa