Extrait de Étranges humiliations

De BiblioCuriosa.

Extrait de / Excerpt from : Étranges humiliations.


Cette vie de punitions continues dura pendant toutes les vacances et le pitoyable Edouard traité sans aucun ménagement par ses bourreaux, dont les plus ardents étaient les deux servantes, devenues plus sévères que Gertrude qu'elles avaient su dépasser dans l'art de torturer et d'inventer sans cesse de nouveaux supplices, était bien leur esclave au véritable sens du mot. Sa volonté ayant été brisée sous le fouet, comme le lui avait annoncé Gertrude, il ne résistait plus à ses bourreaux, se soumettant à tous les caprices des mégères qui l'avaient dompté au point d'en faire une chose leur appartenant, dont elles pouvaient disposer au gré de leurs caprices. Elles en étaient arrivées, peu à peu, à doubler constamment l'effet du fouet en lui infligeant les supplices les plus douloureux, ne reculant devant aucune cruauté et ne s'arrêtant que lorsqu'elles auraient pu altérer sa santé. Il ne fallait pas le rendre malade car on aurait dû interrompre les corrections pour le soigner. Mais, en dehors de cela, rien ne pouvait arrêter les cruelles femmes qui s'ingéniaient à déchaîner chez leur victime des flambées de souffrances indicibles, n'ayant pas de plus grand plaisir que de l'entendre crier sous le fouet ou dans les supplices.

Elles ne se contentaient plus de la douleur physique et imaginaient toujours de nouvelles humiliations pour le couvrir de honte, en le contraignant à se soumettre, devant les autres femmes du village, aux châtiments les plus dégradants, l'obligeant, avec une féroce volupté à s'abaisser devant elles au point d'étaler sa honte devant toutes les voisines et commères du village.

Lorsqu'arriva le mois d'octobre, M... prit avec joie le chemin du retour espérant que la rentrée à L... allait apporter un adoucissement à son malheureux sort. Hélas, il n'en fut rien. Gertrude qui avait pris goût à montrer l'étendue de ses pouvoirs, eût hâte de faire voir à toutes ses amies ce qu'elle avait obtenu de son patron, puis elle l'obligea à subir la honte d'être fouetté devant les bonnes du quartier.

Cette honte était encore pire que celles qu'il avait subies au village et M... voulut protester. Ce fut sa dernière tentative de rébellion car elle fut réprimée avec une froide cruauté.

Gertrude avait convoqué trois bonnes du quartier et, lorsqu'elle ordonna à Edouard de baisser son pantalon pour recevoir le fouet devant elles, il se permit de se rouler à ses genoux en la suppliant de lui épargner cette honte suprême.

— Je sais ce que valent vos promesses, voilà plusieurs fois que je les entends et que vous ne les tenez pas, répliqua Gertrude, mais, cette fois il faut en finir et la correction que vous allez subir vous obligera à tenir votre promesse.

Elle le fit ensuite déshabiller entièrement, puis lui ordonna de se coucher sur un chevalet qu'elle avait fait fabriquer. Elle l'y attacha solidement puis le fessa avec vigueur pour le faire ensuite fesser par ses invitées. Le fouet lui fût ensuite appliqué sur les épaules et les cuisses. De nouveau la fessée au martinet, suivie des verges, sur les fesses. Après, elle lui donna les verges entre les jambes, à genoux devant elle, longuement, puis les verges encore entre les jambes à genoux devant chacune des trois autres femmes, les jambes maintenues largement écartées par deux d'entre elles pendant que la troisième lui fouettait vigoureusement le cul.

— Maintenant, déclara Gertrude, je vais vous faire goûter du knout. Le bourrelier du village n'avait pas su me comprendre mais ici, j'en ai fait fabriquer un qui m'a justement été livré hier. Puisque vous me donnez l'occasion de l'essayer dès aujourd'hui, tant pis pour vous, vous allez faire sa connaissance. Je vais vous fouetter avec, puis ces dames vous l'appliqueront à leur tour et je vous promets de la jouissance.

Ayant amené Edouard au milieu de la cuisine, Gertrude lui lia les mains à deux cordes qui tombaient du plafond, écartées d'environ deux mètres, cordes qu'elle tendit avec l'aide de ses amies jusqu'à ce que le condamné fût à quelques centimètres au-dessus du sol. Les cordes furent alors fixées à deux crochets scellés dans le mur. Les jambes furent ensuite liées par des cordes allant rejoindre deux anneaux placés dans le plancher à environ trois mètres l'un de l'autre. Cette fois les quatre femmes ne se bornèrent pas à tendre légèrement les cordes, comme elles avaient fait pour celles qui s'attachaient aux bras. Saisissant les cordes par groupes de deux, elles hâlèrent dessus de toutes leurs forces, écartant largement les jambes du malheureux et les fixant dans une situation qui, par elle seule, était douloureuse, car il était en quelque sorte écartelé. L'impitoyable Gertrude saisit alors l'instrument du supplice. C'était une espèce de martinet dont les lanières, au nombre de cinq étaient d'une grosseur et d'une longueur exceptionnelles. Le bourrelier avait donné toute l'épaisseur du cuir. Larges de près d'un centimètre, presque aussi épaisses, elles avaient quatre-vingts centimètres de long. Elles étaient clouées sur un manche de cinquante centimètres de long ayant la grosseur d'un manche à balai. De plus, pour qu'elles se tendent bien sous les coups, elles étaient terminées par un nœud que la lanière dépassait de deux à trois centimètres afin de bien cingler. C'était, on le voit, un instrument redoutable, qui devait faire atrocement souffrir.



Texte intégral avec toutes les illustrations en format PDF en vente chez Eros-Thanatos